impatience

Les derniers jours ont été empreints de confusion, d’impatience, de stress.
De répétition aussi. De « Non, je n’ai pas encore accouché. »

Mes après-midi fatigués sont baignés par des larmes de frustration, et par ma gêne de ne pas réussir à terminer cette grossesse de façon plus positive, plus gracieuse, ou honorable, ou je-ne sais-quoi…

L’attente, l’impatience, la peur devant l’inconnu ont toutefois cet effet secondaire positif. Par rapport à l’année dernière, je ne me suis pas sentie aussi agressée par la chorale consensuelle qui appelle à souligner la fête des mères à coups de cartes et de brunchs et de fleurs. Je ne me sens pas particulièrement seule aujourd’hui, enfant sans ma mère, mère sans mon enfant, parce que je me sens tellement seule ces jours-ci. Les jours d’attente, d’inquiétude, d’impatience noient cette journée dans un cocktail confus de hâte et d’impuissance et diluent son importance. Aujourd’hui comme hier, comme demain probablement, mon empressement à accoucher domine mes sentiments.

Ma visite matinale des réseaux sociaux m’a laissée à peu près intacte. Anesthésiée face aux selfies de nouvelles mamans. Chloroformée par les quinze derniers mois, je ne me formalise pas de cette journée où je n’ai pas mon bébé à cajoler alors même que tout notre foyer témoigne de l’attente dans laquelle nous nous trouvons. Les photos de Paul, plus là, côtoient les sacs prêts pour le jour de l’accouchement, les vêtements pliés, les couches empilées et le matelas attendant d’accueillir ce bébé pas encore là.

La journée va passer.
Impatience ou pas, fête des mères ou pas.

 

////////////////

Entre temps, je m’accroche à ce réseau virtuel que j’ai bâti au cours de la dernière année et qui met un baume sur mes émotions confuses en m’alimentant de réflexions et de sentiments qui me rejoignent.

Un texte intéressant lu ce matin : Mother’s Day Rituals, Millennial Style

I don’t have a problem with Mother’s Day in general; I have a problem with the constant ads forcing me to engage with it without my consent. They remind me that I’m not in control of my own grieving process, and sometimes that reminder pisses me off.

 

Et ce message du 4th Trimester Bodies Project…

4 réflexions au sujet de « impatience »

  1. Bonne fête des mères en retard… Je te souhaite un accouchement le plus facile possible! Tu es une mère fantastique… Je te souhaite aussi que le sentiment de solitude s’estompe… Gros câlin… xxxx

  2. Allo Typhaine,
    Je pense souvent a vous quatre ces temps-ci. Je vous un peu de douceur pour cette fin de grossesse, j’ai hâte de vous voir et de rencontrer bébé lentille xxxx

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s