quinze ans

J’ai cette chanson dans la tête depuis plusieurs jours. Une chanson que mon père nous chantait quand j’étais petite.

Aujourd’hui, il y a quinze ans que mon père, Jacques, est décédé. Ça m’étourdit un peu. J’aurais tellement aimé qu’il soit là pour m’accompagner dans mon rôle de parent. Bien des choses me manquent de la relation que j’ai eue avec lui mais ce qui me fait le plus de peine, c’est qu’il ne soit pas là pour voir grandir mes enfants et me guider dans le rôle si complexe d’élever des enfants. Les élever, pas au sens de les rendre « bien élevé.es », mais plutôt au sens de les faire grandir, d’aider leur esprit à prendre son envol.

Du plus loin que je me rappelle, Jacques m’a posé des questions, a discuté avec moi, m’a demandé mon avis. Il savait me prendre au sérieux dans mes préoccupations d’enfant et d’ado. Il m’a offert des livres soigneusement choisis, des disques (et des cassettes avant ça) pour me faire découvrir les artistes qu’il aimait, il m’a donné des outils pour que je sois équipée pour faire face à la vie. Quand j’avais cinq ou six ans, je me suis cassée la jambe pendant une journée de ski avec lui. Il m’a enroulé dans son grand manteau pour que je n’aie pas froid pendant qu’on attendait les secours. Quelques années plus tard, alors que je me faisais encore une autre fracture, il a déclaré : « il faut que tu apprennes à tomber sans te blesser » et m’a inscrite à des cours de judo. J’ai passé ma ceinture noire quelques semaines avant son décès et je ne me suis rien cassé depuis, même si je suis tombée souvent.

Jacques était plus à l’aise derrière la caméra que sur les photos mais j’avais quand même envie de partager quelques photos de lui, de nous. Je regrette de ne pas en avoir des dernières années de sa vie…

IMG_2951IMG_2952IMG_2953IMG_2955IMG_2960Dans l’ordre:

  • En confiance, quelques jours après ma naissance
  • Aux Iles-de-la-Madeleine, avec moi dans le rôle de la crotte dans le porte-bébé
  • En canot-camping avec deux jeunes enfants (je prends aujourd’hui la mesure du courage de mes parents qui nous embarquaient dans ce genre d’aventures!)
  • Au sommet d’une montagne en Alberta (pendant un voyage de plusieurs semaines en camping, à quatre dans une Jetta)
  • Jacques au sax. Ne me demandez pas ce que je fais sur la photo, j’en ai aucune idée!

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s