sous ton arbre

Le mois de Paul se termine. Malgré tout ce qui rend le temps long ces jours-ci, les semaines ont passé vite. Quatre semaines, c’est tellement court. Chaque année, j’en prends la mesure. Cette année peut-être encore plus que les précédentes. Deux amies ont accouché récemment et me font réaliser à nouveau comme le temps est dense lorsqu’on prend-soin d’un tout petit bébé. Même lorsqu’on ne fait pas grand chose, chaque heure est remplie, les petites tâches s’empilent, le sommeil se fait rare. Le temps passe différemment.

Les quatre semaines pendant lesquelles Paul a vécu m’avaient semblé longues. Abondantes. Les quatre semaines qui se sont écoulées depuis le 4 janvier de cette année se sont fondues les unes dans les autres. La courte saison de Paul.

Aimé et moi avons été visiter son arbre hier. Il devait faire très froid alors Patrice est resté en ville avec Malou, encore un peu petite pour profiter de cette sortie hivernale, mais trop grande pour dormir des heures en voiture et en porte-bébé.

À cause de la pandémie, j’avais envoyé l’invitation à quelques personnes seulement. J’ai adoré les années où nous avons fait cette randonnée en grand groupe, où plusieurs personnes différentes donnaient leur couleur à ce moment partagé en souvenir de Paul. C’était plus calme cette année. La montée a été rapide, sous le ciel éblouissant. En haut, les enfants se sont éloignés pour jouer dans la neige. Les quelques adultes ont fait un feu.

Je me suis retrouvée seule près de l’arbre de Paul. Je me suis allongée dans la neige près de lui. J’ai respiré l’air frais, j’ai redécouvert ce lieu sous un nouvel angle. J’ai passé un moment en tête-à-tête avec mes souvenirs, ma tristesse, dans le calme. Un moment pour Paul. Un moment pour moi.

Aujourd’hui, ma journée était chargée. Je suis à peine sortie dehors, j’ai manqué de temps pour penser. J’aurais voulu que tout le jour soit pour Paul mais ce n’est que ce soir, après le repas-les dents-les histoires-la vaisselle-les courriels que je réussis enfin à me tourner vers lui.

Sept ans sans toi mon petit marcassin. Je t’aime.

4 réflexions au sujet de « sous ton arbre »

  1. Joyeux anniversaire petit marcassin. Comme chaque année en janvier, mes pensées accompagnent ta maman et font un petit bout de chemin vers toi.

  2. Dear Typhaine, I have missed your blog posts, and it’s ridiculously late to comment on this, but I loved to read about Paul’s birthday this year. Your description of how time works, the four long full weeks with Paul and the four weeks that speed by while you mourn him in this busy life, is so right on. I can feel the pace of both those times. Sending a hug.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s